Les degrés de l’adverbe: comparatif et superlatif

Quand vous présentez un produit, vous pouvez dire qu’il est bon et performant. Vous pouvez aussi le décrire comme étant très bon et extrêmement performant. Vous utilisez alors des adverbes (très et extrêmement) pour donner une appréciation plus positive de votre produit. Au lieu de dire qu’il est bien adapté aux besoins des clients, vous pouvez dire qu’il est mieux adapté aux besoins des clients (que celui de la concurrence) ou même qu’il est le mieux adapté aux besoins des clients. Vous utilisez le comparatif et le superlatif de l’adverbe (bien) pour mettre votre produit en valeur.

Dans cet article, vous trouvez des informations sur la formation du comparatif et du superlatif de l’adverbe.

Le comparatif et le superlatif sont des degrés de l’adverbe.

Le comparatif permet d’établir une relation d’égalité, d’infériorité ou de supériorité entre deux termes. Le complément introduit par que n’est pas obligatoire.

Le superlatif peut être absolu : dans ce cas, l’adverbe est précédé par un autre adverbe exprimant l’intensité (il travaille extrêmement bien, très bien, fort bien). Il peut aussi être relatif : il indique le plus haut ou au plus bas degré.

Degré de comparaison Comparatif Superlatif (relatif)
(forme: article défini « le » + comparatif d’infériorité et de supériorité)
égalité aussi… que  
supériorité plus… que le plus… (de)
infériorité moins… que le moins… (de)

Exemples :

  • Ce collaborateur travaille vite.
    [degré positif, sans comparaison]
  • Ce collaborateur travaille aussi vite que son collègue.
    [degré d’égalité]
  • Ce collaborateur travaille plus vite que son collègue.
    [degré de supériorité]
  • Ce collaborateur travaille moins vite que son collègue
    [degré d’infériorité]
  • Ce collaborateur travaille le plus / le moins vite de toute l’équipe.
    [superlatif vers le haut et vers le bas]

Remarque:

Si vous vous voulez intensifier le superlativ de supériorité (plus… que) ou d’infériortié (moins… que), vous pouvez placer des adverbes d’intenstité tels que beaucoup, nettement, sensiblement, notablement avant la comparaison:

  • Ce collaborateur travaille beacoup plus vite que son collègue.
  • Avec notre produit, votre linge sera nettement plus blanc.
  • Appliquez notre crème, et votre peau sera sensiblement plus douce.

Notez:

Le comparatif de supériorité de bien est mieux… que.
>   Ne dites pas « plus bien… que »
Superlatif : le mieux

Exemples:

  • Ce collaborateur travaille bien.
  • Ce collaborateur travaille mieux que les autres.
  • Heureusement, il n’est plus très malade. Il va mieux.
  • C’est l’entreprise qui paie le mieux les collaborateurs.

 

Le comparatif de supériorité de mal est plus mal … que.
>   Dans le style soutenu, on trouve aussi la forme pis… que, mais elle est rarement utilisée.
Superlatif : le plus mal

Exemples:

  • Ce collaborateur travaille mal.
  • Ce collaborateur travaille plus mal que (pire que) les autres.
  • C’est l’homme le plus mal habillé du monde.

 

Le comparatif de beaucoup est
autant… que (égalité), plus… que (supériorité) et moins…que (infériorité)
>   Ne dites pas « aussi beaucoup… que / plus beaucoup… que / moins beaucoup… que  »
Superlatif : le plus / le moins… que

Exemples:

  • Je travaille beaucoup. [degré positif, sans comparaison]
  • J’ai travaillé autant que toi. [degré d’égalité]
  • J’ai travaillé plus que toi. [degré de supériorité]
  • J’ai travaillé moins que toi. [degré d’infériorité ]
  • J’ai travaillé le plus de toute l’équipe. [superlatif ]

 

Cliquez ici pour consulter l’article sur la comparaison des adjectifs de notre site.
Pour obtenir une vue d’ensemble des structures comparatives se rapportant à un verbe, adjectif, adverbe ou nom, cliquez ici.
Si vous voulez faire un exercice sur la différence entre bien/mieux (adverbe) et bon/meilleur (adjectif), cliquez ici.

 

Laisser un commentaire